Comment Ouvrir un Restaurant ? Guide Ultime & Étapes Clés

Ouvrir un restaurant séduit de plus en plus de monde. Malheureusement il s'agit d'un projet complexe qui demande de maitriser de nombreuses compétences. Découvrez dans cet article les étapes clés pour réussir et éviter de fermer en moins de 3 ans comme la majorité des nouveaux restaurants.
Formations obligatoires
🍱 Formation HACCP
🍾 Permis d’Exploitation

Formation “Ouvrir un restaurant”
🧘 Démarrez sereinement
⛔ Evitez les erreurs coûteuses
✅ Cours complet accessible en ligne
🙋 Formateurs disponiblesFormation pour ouvrir un restaurant

Dans le secteur de la restauration, ce ne sont pas les opportunités qui manquent. L’ouverture d’un restaurant est un projet qui peut tout à fait être rentable. Cependant, de nombreux établissements ferment en moins de trois ans.

En effet, il existe une multitude de points à prendre en considération pour permettre à un restaurant de prospérer. Si vous prévoyez d’implanter un restaurant, il faut avoir un axe stratégique bien défini et préparer le lancement de votre société. Voici d’ailleurs un guide qui vous présente les étapes clés pour ouvrir votre restaurant.

Se préparer pour le projet

Les revenus générés par un restaurant peuvent être élevés selon son standing et la quantité de clients qu’il reçoit. Cependant, vous ne devez pas immédiatement vous attendre à faire des bénéfices au moment de lancer votre enseigne. En effet, le lancement d’un restaurant représente un investissement conséquent.

Vous ne pourrez espérer faire profit qu’après quelques mois ou quelques années. Avant de vous lancer dans la restauration commerciale dans ce cas, vous devez vous poser de nombreuses questions.

D’abord, vous devez vous demander si vous êtes réellement motivé pour ce projet. Tenir un restaurant équivaut à diriger une organisation complexe. Il faut gérer la clientèle, le personnel, les fournisseurs et de nombreux autres détails. En outre, vous aurez besoin d’ajuster votre mode de vie. Les heures d’ouverture peuvent être tôt même lorsque le restaurant ferme tard. Par conséquent, si vous n’avez pas assez de motivation, créer ce type d’établissement n’est pas une bonne idée.

Mettre au point votre plan d’affaires

Avant le lancement de toute entreprise, il faut impérativement établir un business plan. L’ouverture d’un restaurant n’échappe pas à cette règle. Il regroupe notamment toutes les bases sur lesquelles vous allez fonder votre affaire. Il renferme votre concept de restaurant, votre stratégie de développement, la rentabilité attendue, etc.

Si vous aviez déjà ouvert votre première entreprise, la création du plan d’affaires ne vous sera pas inconnue. Mais un débutant souhaitant implanter son premier restaurant aura peut-être besoin du conseil d’un professionnel. Cela lui évitera d’omettre certains détails importants. S’il est bien élaboré, le document devrait vous aider à déterminer si le lancement de votre restaurant est réalisable.

Techniquement, il s’agit d’un simple document à titre informatif. Cependant, il peut aider au moment de chercher un financement. En effet, les banques ne vous accorderont pas de prêt si votre projet n’est pas crédible. À part les banques, les potentiels investisseurs et collaborateurs exigeront aussi un plan d’affaires clair. Évidemment, lui seul n’est pas toujours suffisant. Justifier vos compétences d’une certification est aussi utile.

Sans investissement suffisant, l’ouverture de votre modèle d’affaires ne sera pas possible. Sinon, il faudra peut-être revoir vos objectifs à la baisse. Au lieu de lancer une enseigne gastronomique, vous pouvez par exemple opter pour du « street-food ».

Être indépendant ou choisir une franchise ?

Avant le lancement de votre enseigne, il faut avoir une stratégie, définir vos objectifs et éventuellement suivre le bon cursus formatif. Demandez vous si vous souhaitez innover ou simplement surfer sur une tendance. Vous devez également vous demander si ouvrir en tant qu’indépendant est une bonne idée.

En intégrant une franchise, le lancement de votre restaurant est relativement simplifié. D’abord, vous n’aurez pas à vous soucier des plats que vous allez proposer. En effet, votre carte sera celle de la franchise. Ensuite, vous ne vous soucierez plus du marketing ou du plan de développement de la marque. Avec une franchise réputée, vous allez facilement attirer des clients.

Toutefois, vous n’aurez pas beaucoup de liberté sur les offres à proposer. En outre, il faudra respecter les règles et la politique instaurée par votre franchise. Par exemple, vous n’aurez généralement pas de choix de nom à l’ouverture de votre société. Et enfin, vous devez verser des droits à la franchise. Cela signifie que vous n’empocherez pas à 100 % vos gains.

Si vous optez pour l’ouverture d’une enseigne indépendante, vous aurez plus de travail à gérer. En effet, c’est à vous de prendre toutes les décisions permettant d’assurer le succès de votre entreprise. Vous devez mettre au point l’axe de développement, penser au marketing, trouver des partenaires… Donc, vous endossez toutes les responsabilités d’un chef d’entreprise.

Choisir son type de restaurant

Il existe de nombreux types de restaurants que vous pouvez lancer. Pour une consommation sur place, vous pouvez par exemple opter pour un restaurant classique. Vous proposerez alors des plats gastronomiques ou des plats plus accessibles au grand public. Dans le cas d’une consommation à emporter, implanter un street-food ou un restaurant ambulant est une idée intéressante.

Les restaurants ambulants ou food-trucks sont des services de restauration aménagés dans un véhicule. L’avantage avec ces derniers c’est qu’ils n’ont pas besoin de locaux. En effet, tout leur matériel tient dans un seul véhicule. Avec un budget limité, ouvrir un food-truck vous fera économiser.

Et enfin, le concept de « dark kitchen » est aussi un bon plan en vogue. Tout ce dont vous avez besoin c’est d’une cuisine. En effet, vos clients passeront surtout leur commande en ligne. Il existe évidemment de nombreux autres types de restauration : l’offre collective, le restaurant traiteur, le restaurant à thème, etc.

Pour chaque type de restauration, il peut y avoir des règlementations spécifiques. Le lancement d’un restaurant classique nécessite par exemple de suivre des formations obligatoires. Pour le lancement d’un food-truck, si vous ne vendez pas de boisson, vous n’aurez pas besoin de permis d’exploitation.

Par ailleurs, chaque type d’offre dispose aussi d’un statut juridique facilitant son ouverture. Le statut de micro-entreprise est par exemple courant pour lancer un food-truck. Cependant, ce n’est pas une bonne idée pour l’ouverture d’un restaurant classique.

Définir votre concept de restaurant

À l’ouverture d’une franchise, vous avez parfois droit à quelques libertés afin de définir votre identité. Mais si vous êtes indépendant, l’importance de définir votre propre personnalité est encore plus importante. Vous devez donc vous demander quel est le point sur lequel vous souhaitez être identifié.

Si vous êtes un restaurateur écoresponsable, mettre en avant ce point est un bon plan. Ainsi, vous allez par exemple lancer une enseigne qui n’utilise que des produits bio, biodégradables, recyclés ou recyclables.

Ensuite, pour mettre au point votre stratégie de développement, vous devez identifier votre clientèle. Les baby-boomers et les milléniaux n’auront par exemple pas les mêmes goûts. Cependant, votre restaurant n’est pas obligé de conserver éternellement le même style depuis son ouverture. Au fil du temps, il peut changer pour s’adapter aux nouvelles tendances.

Et enfin, déterminez quels sont les types de plats que vous allez proposer. En restauration, il existe de nombreux concepts que vous pouvez adopter. Implanter un restaurant « healthy » est par exemple un axe à considérer. En effet, de nombreux clients souhaitent satisfaire leurs papilles sans pour autant prendre des kilos en trop. Vous pouvez aussi lancer une enseigne de style gastronomique, mais à un prix plus abordable.

Trouver le meilleur emplacement

La localisation de l’établissement est un point à ne pas négliger au moment d’ouvrir votre restaurant. En effet, votre emplacement détermine le nombre de clients que vous allez attirer. Un restaurant dans une zone difficile d’accès passera par exemple inaperçu. En revanche, une enseigne commerciale dans une rue commerçante attirera forcément l’attention des passants.

Mais chaque enseigne aura besoin de choisir à un emplacement spécifique. Avec la restauration à emporter, la meilleure initiative serait d’opter pour un point de vente dans les zones commerçantes. Inversement, pour apprécier une offre gastronomique, les clients chercheront surtout un restaurant dans une zone calme. À noter que chaque zone peut aussi posséder des règlementations spécifiques. Les autorités locales peuvent par exemple définir l’heure d’ouverture et de fermeture d’un bar ou d’un restaurant.

Il faudra par ailleurs faire attention à quelques points importants avant d’ouvrir votre enseigne en un lieu. D’abord, vous devez vous informer sur la situation du marché. Cherchez quel est l’état de l’offre et de la demande. Est-ce que les services de restauration sont très demandés ? Ensuite, informez vous sur la concurrence. Qui sont les professionnels qui se partagent la zone ?

Dans un marché déjà saturé, il est clair que se lancer dans une entreprise de restauration a peu de chance de réussir. Sinon, il faudra proposer des services véritablement originaux pour se différencier de la concurrence. Dans ce cas, l’idée est simple : collectez des informations sur vos concurrents. Informez vous par exemple sur les offres qu’ils n’ont pas, les prix qu’ils proposent, etc. Lire les avis des clients est aussi une excellente initiative pour mieux connaitre vos concurrents.

Quel budget préparer ?

Il s’agit de l’une des questions les plus importantes avant de se lancer dans ce type de projet. Ce budget est normalement défini dans le business plan et dépend de divers critères. D’abord, il y a les frais à payer pour lancer une franchise si vous avez fait ce choix. Chaque franchise propose normalement une grille tarifaire. En comparant cette dernière avec vos objectifs, vous saurez si intégrer la franchise est une bonne idée.

Même pour se lancer dans le projet en tant qu’indépendant, vous aurez à payer une multitude de frais. Il y a notamment le coût de votre local et des équipements à utiliser. Vous devez donc déterminer avec précision quel est le matériel dont vous avez besoin dans le plan d’affaires.

Le lancement d’un restaurant classique nécessite en moyenne 100 000 €. Dans le cas d’une restauration mobile ou non franchisée, le budget à prévoir peut-être moins important.

Vous pouvez en découvrir plus sur le budget nécessaire pour démarrer votre restaurant dans nos articles dédiés :

Achat d’un fonds de commerce

Dans le cas d’un achat de fonds de commerce, l’ouverture (ou la réouverture) est plus simple. Vous n’avez pas besoin de calculer le coût du matériel, car tout est déjà en place. En revanche, vous pouvez éventuellement négocier la valeur du fonds de commerce. D’ailleurs, il est nécessaire d’effectuer un diagnostic et une évaluation avant l’achat.

Si le fonds de commerce comprend une licence 4, son prix sera plus élevé. La licence 4 est en effet très rare et très recherchée dans le monde de la restauration. L’acheter est donc intéressant si vous en avez les moyens.

Frais administratifs et autres dépenses

À part les achats des matériels, il faut aussi penser aux frais administratifs. En effet, créer et légaliser une société n’est pas gratuit. Au total, les frais administratifs peuvent atteindre les 5 000 €. Puis, il y a les frais d’assurances et ceux des formations obligatoires.

En outre, si vous souhaitez suivre un autre cursus formatif à part ceux qui sont obligatoires, il faut le prévoir dans vos dépenses. Se former en business et management vous sera par exemple profitable. Vous pouvez aussi suivre des cours pour devenir pizzaïolo afin d’étoffer l’offre de votre restaurant.

Et enfin, viennent les frais de fonctionnement de votre activité de restauration. Afin d’être opérationnel dès l’ouverture, vous aurez besoin d’effectuer un approvisionnement. Le budget de fonctionnement doit vous couvrir le temps que votre restaurant génère suffisamment de revenus.

Les démarches pour l’achat d’un fonds de commerce

Étant donné que vous allez lancer une entreprise, il faut respecter certaines formalités. Ces dernières sont nécessaires pour mettre sur pieds une société à caractère légale. Mais les formalités à respecter seront légèrement différentes lors d’une véritable ouverture et d’un rachat de fonds de commerce.

Avec un fonds de commerce, vous achetez une enseigne déjà sur pieds. C’est intéressant pour se lancer rapidement dans la restauration. Afin de réaliser le transfert du fonds de commerce en votre nom, il y a plusieurs démarches à réaliser.

Le cédant effectue d’abord une déclaration de cession. Un acte de vente est ensuite signé avec l’acte de cession. Puis, vous devez enregistrer cet acte de cession. Après, une annonce légale est réalisée. Et enfin, vous déposez un dossier de modification au CFE. Après ces étapes, vous pouvez finaliser l’ouverture ou la réouverture de votre enseigne.

Choisir le statut de sa société

Avant le lancement officiel de votre enseigne et avant d’entamer les procédures administratives, il vous faut choisir un statut juridique. Son choix figure généralement dans le plan d’affaires. Cette forme juridique détermine la fiscalité à laquelle elle doit obéir. Il existe évidemment un large choix de statuts juridiques parmi lesquels choisir. Certains de ces statuts simplifient les démarches légales à suivre. Cependant, ils peuvent aussi avoir des inconvénients non négligeables.

Le plus souvent, les entrepreneurs choisissent d’ouvrir leur société en SARL ou EURL. En effet, près de 50 % des restaurants sont des SARL (Société Anonyme à Responsabilité Limitée). L’EURL est possible en présence d’un seul associé. La SARL requiert quant à lui au moins deux associés. Elle est très flexible et ne nécessite aucun capital social minimum.

L’entreprise individuelle (EI) est une autre forme courant en restauration. Dans cette forme, l’entrepreneur est l’unique responsable. Il n’y a pas d’associé ou de capital social. Évidemment, en raison de sa nature simple, ce n’est pas la stratégie à adopter en toute circonstance.

Et enfin, il est courant d’opter pour la SAS ou SASU  dans le cas d’une franchise. Elle est assez similaire au statut SARL. Il offre plus de flexibilité, mais nécessite en contrepartie plus de formalités administratives et fiscales.

Les étapes administratives

Après avoir choisi le statut, la rédaction des statuts sera la première étape administrative. Cette dernière n’est pas nécessaire pour ouvrir une micro-entreprise. Les statuts regroupent l’ensemble des règles définissant le fonctionnement de la gestion de votre entreprise.

Vient ensuite le dépôt du capital social auprès d’une caisse de dépôt ou d’un notaire. Cela conduit à l’obtention d’une attestation de dépôt de capital. Pour information, une société à capital social doit toujours ouvrir un compte en banque professionnel.

Vous avez ensuite besoin d’effectuer une annonce légale. Elle permet de déclarer d’une manière publique la création de votre enseigne. Seul un journal d’annonce légale peut publier ce type d’annonce. L’annonce a évidemment un coût (environ 200 €) et elle doit obéir à certaines règles. Si elle n’est pas effectuée proprement, vous ne pouvez passer à la prochaine étape.

Dans le cas où l’annonce légale est correcte, vous recevez une attestation de parution. Cette dernière compte parmi les documents à fournir lors du dépôt de dossiers au greffe ou au CFE. À part cette attestation, il faut un formulaire M0, les statuts signés et l’attestation de dépôt de capital. Et enfin, vous recevez l’immatriculation permettant l’implantation légale de votre entreprise.

Les obligations des restaurants

Un établissement de restauration est une forme d’entreprise assez particulière. De ce fait, il ne suffit pas de suivre les formalités administratives pour ouvrir un restaurant. Vous êtes également dans l’obligation de suivre certaines formations avant son lancement. D’abord, il y a le cursus formatif sur le permis d’exploitation. Il est nécessaire pour obtenir une licence en vue d’ouvrir un débit de boisson.

Ensuite, il y a la formation HACCP à l’hygiène alimentaire. Elle est particulièrement importante pour toute entreprise dans le monde de la restauration. En effet, un restaurant doit assurer la sécurité alimentaire de ses clients. C’est pour cette raison qu’il a besoin de manipuler les denrées alimentaires dans le respect des normes de salubrité. Le cursus formatif au HACCP est plus ou moins axé sur les mêmes modules que celui à la salubrité et la sureté alimentaire. Effectivement, elles traitent des thèmes complémentaires.

⏱️ Durée de la formation : 14 heures
💻 Formation 100% en ligne
⏩ Suivez la formation à votre rythme
🙋 Formateurs disponibles pour vous aider
🆓 Prise en charge CPF, OPCO et Pôle emploi possible
Attestation officielle

L’apprentissage à l’hygiène alimentaire et HACCP ainsi que le permis d’exploiter sont les seules formations obligatoires. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de suivre un cursus d’apprentissage relatif au monde de la restauration. Ainsi, même une personne sans expérience dans ce domaine peut ouvrir son restaurant. Cependant, suivre une formation en rapport à la restauration ou à la gestion d’entreprise s’avère utile.

D’autres cursus tels que la formation sur les allergènes sont indirectement obligatoires. En effet, la loi ne les impose pas pour ouvrir une entreprise de restauration. Toutefois, elles sont nécessaires pour que votre entreprise de restauration soit plus sûre pour les consommateurs. Les formations que vous souhaitez suivre doivent évidemment être indiquées dans votre business plan.

Qu’est-ce que le permis d’exploitation ?

Dans un restaurant, les clients commandent souvent une boisson en accompagnement. Le plus souvent, il s’agit d’une boisson alcoolisée telle que le vin. Si vous prévoyez d’ouvrir un bon restaurant, il ne faut pas oublier ce détail dans votre business plan. Or, la vente d’alcool est soumise à des règlementations strictes. Il faut notamment détenir une licence pour ouvrir un débit de boissons alcoolisées.

Pour obtenir cette licence alcool, vous devez suivre des cours pour le permis d’exploitation. Le contenu de ce cursus couvre les points essentiels lors de l’implantation d’un débit en restauration. Il informe sur les règlementations en vigueur, les dangers de l’alcool, etc. L’apprentissage dure généralement 2 jours et elle peut désormais se faire en ligne. En moyenne, elle nécessite moins de 500 € par stagiaire.

À la fin de ce cursus, vous obtenez uniquement une attestation. Cette dernière prouve que vous avez réellement suivi la formation obligatoire. Cependant, elle ne vous donne pas encore l’autorisation d’ouvrir un débit de boissons alcoolisées. Pour cela, vous devez encore demander une licence auprès de la mairie. Vous obtenez la licence au plus tard 15 jours après la demande. Pendant ce délai, l’ouverture du débit est encore interdite.

Formation Permis d’Exploitation en ligne 🍾

Je demande la prise en charge

⏱️ Durée de la formation : 21 heures
💻 Formation 100% en ligne (par visio)
⏩ Nouvelle session chaque semaine
🆓 Prise en charge OPCO possible
Attestation officielle

Le permis a un délai de validité de 10 ans. À son expiration, il faut le renouveler à l’aide d’une autre formation. Cette phase de recyclage ne dure que 7 heures et nécessitera moins de 300 € par stagiaire.

À propos de la formation à l’hygiène alimentaire et HACCP

Cet autre cursus obligatoire est différent de la formation pour le permis d’exploitation. Si vous ne prévoyez pas l’ouverture d’un débit de boisson, c’est la seule formation dont vous avez besoin.

L’hygiène alimentaire est au centre de la restauration commerciale. Il s’agit de l’ensemble des règles et pratiques empêchant la contamination des aliments. Certains des gestes d’hygiène à adopter en restauration semblent évidents. Malgré tout, une formation est nécessaire pour ne négliger aucun détail. Elle informe notamment sur les plans HACCP et maitrise sanitaire.

Le cursus formatif à la salubrité alimentaire dure généralement deux jours. Il permet d’obtenir une certification qui n’a pas de délai de validité. Il peut parfois se dispenser en interne. Mais généralement, il nécessite les services d’un formateur agréé par l’État. Selon la loi, au moins un salarié d’une entreprise de restauration commerciale doit avoir suivi la formation.

Lors d’une inspection de salubrité, l’attestation d’apprentissage peut être demandée. Une inspection a d’ailleurs lieu dès l’ouverture du restaurant. Si un restaurant ne respecte pas les règles de salubrité, il met en danger ses consommateurs. Il court alors diverses sanctions, dont sa fermeture en cas d’infractions graves.

Formation pas-à-pas pour ouvrir votre restaurant ?

Même après la lecture de cet article vous trouvez la création de votre établissement compliqué ? Vous avez envie d’être guidé pas à pas pour l’ouverture de votre restaurant ?

Après de nombreuses recherches, nous avons trouvé un excellent organisme de formation qui propose un excellente formation dédiée pour vous aider pas à pas à créer votre restaurant.

⏱️ Durée de la formation : 28 heures
💻 Formation 100% en ligne
⏩ Suivez la formation à votre rythme
🙋 Formateurs disponibles pour vous aider
🆓 Prise en charge possible

🍱 Hygiène alimentaireFormation HACCP
🍾 Servir de l’alcoolPermis d’Exploitation
🚀 Guide pas à pasFormation pour Ouvrir un Restaurant
🎓 Formations100% en ligne

Elodie B.Elodie B.